Les acouphènes, ces invisibles

Il y a du bruit sur la ligne. Que peut-on faire?

Il existe différentes raisons qui peuvent expliquer les acouphènes. Il y a donc aussi plusieurs façons d’essayer de les atténuer.

Connaissant la complexité du système auditif périphérique et central, il est difficile de savoir exactement la cause des acouphènes, donc difficile d’intervenir directement sur cette cause. La première étape d’une intervention consiste à essayer de trouver la cause la plus probable ou le facteur influençant le plus les acouphènes pour un individu donné.
Il est important de ne pas avoir peur de consulter. Par cette démarche, il sera possible de diminuer l’anxiété reliée au manque d’information et à l’imprécision du diagnostic.

Si les acouphènes sont invisibles, leurs effets par contre ne le sont pas. C’est la qualité de la vie de l’individu qui est diminuée. Il ne dort plus, se concentre moins facilement, devient irritable, s’isole… et ainsi les acouphènes peuvent augmenter. C’est toute la personne qui en souffre, ce ne sont pas seulement ses oreilles qui sifflent ou qui bourdonnent: répercussions personnelles, sociales et professionnelles

Le but de méthodes d’intervention “Il y a du bruit sur la ligne. Je veux m’en débarrasser.” C’est un souhait bien légitime. Les méthodes d’intervention proposées considèrent la personne dans son ensemble au lieu de traiter ses acouphènes uniquement.

Comme il n’existe pas un traitement unique pour tous les types d’acouphènes, il est important de considérer plusieurs approches jusqu’à ce qu’on puisse en trouver une ou plusieurs qui permettraient à l’individu, soit d’atténuer ses acouphènes, soit de mieux les tolérer ou d’en faire disparaître les effets sur sa qualité de vie.

Est-il possible de faire disparaître les acouphènes?

Si on peut en identifier la cause…

Dans des cas exceptionnels, lorsque les acouphènes sont reliés à une maladie de l’oreille ou à un problème de santé bien identifié, il est possible que les acouphènes soient éliminés ou deviennent très réduits une fois que la maladie est résorbée. C’est la dimension curative à laquelle la médecine moderne nous a habitués.
Quand les démarches de diagnostics ne sont pas poursuivies, quand les traitements ne peuvent éliminer le dommage déjà établi ou quand le traitement n’est pas encore découvert, la médecine nous dit alors: “IL N’Y A RIEN À FAIRE”…

Si on ne peut en identifier la cause…

Il est possible de faire disparaître les acouphènes chez certains individus et d’en réduire les effets désagréables chez la plupart, après une analyse détaillée du problème et après avoir exploré plusieurs pistes de solutions.

  • Les médicaments et autres interventions médicales peuvent permettre d’enrayer les acouphènes pour des périodes plus ou moins longues. Ainsi les vasodilatateurs, les anticonvulsifs, les barbituriques peuvent diminuer les acouphènes pour des périodes de temps limitées. Les opérations visant à sectionner certaines fibres nerveuses ont cependant peu d’effet sur les acouphènes. Les effets secondaires de ces méthodes sont nombreux et ils devraient être considérés en collaboration avec le médecin traitant.
  • Certains traitements visant à faire disparaître les acouphènes (ex.: médicaments, opérations, stimulation électrique…) ont été rapportés comme pouvant aussi, chez certaines personnes, en augmenter l’intensité et la fréquence d’apparition.
  • Les médecines dites alternatives (chiropractie, ostéopathie, homéopathie, acupuncture…) n’ont été étudiées que chez quelques individus. Les résultats sont en faveur d’un mieux-être général. Acouphènes Québec ne rejette aucune médecine alternative, mais n’en cautionne aucune et met en garde les gens contre toute technique “garantissant” une guérison des acouphènes.
  • L’usage de moyens de masquage (soit par une musique douce, le bruit produit par l’interférence de deux postes de radio ou de télévision ou des appareils d’assourdissement) peut, chez certains individus, “cacher” les acouphènes. Comme il s’agit d’un autre son ou bruit extérieur, il est souvent plus tolérable que le bruit dans les oreilles et l’individu s’adapte mieux. Il en a le contrôle. Dans certains cas, il est même possible que, par un phénomène physiologique encore mal connu, ce masquage ait un effet inhibiteur, c’est-à-dire qu’il favorise la disparition complète ou partielle des acouphènes. L’usage de ces appareils ne convient pas à tous les individus et il est préférable de consulter un audioprothésiste ou un audiologiste qualifié avant de s’en servir. Chez ceux dont les acouphènes sont associés à une perte auditive, il est possible que les acouphènes ne soient plus audibles ou sensiblement moins dérangeants pendant le port d’une prothèse auditive (amplifiant les sons extérieurs).
  • Solutions d’ordre comportemental: ces méthodes impliquent que la personne travaille soit sur sa réaction aux acouphènes, à l’aide d’approches cognitives, soit sur ses habitudes de vie qui maintiennent la présence d’acouphènes. Les principes généraux de ces méthodes sont de favoriser l’auto-observation pour mieux travailler sur des méthodes d’autogestion des acouphènes. C’est la prise en charge de la santé par l’individu même à partir d’information et de formation à diverses approches. Les différentes méthodes de relaxation vont permettre à l’individu de mieux contrôler et le stress qui cause les acouphènes et les stress causés par les acouphènes. Voir la relaxation
  • L’approche holistique est une approche qui combine des éléments ou facteurs d’alimentation, de relaxation et d’exercices physiques pour un mieux-être de l’individu.
  • Enfin, les groupes d’entraide et d’information permettront à la personne souffrant d’acouphènes de tenir bon dans ses démarches qui pourront quelquefois sembler longues, demander beaucoup de discipline et amener des modifications à ses habitudes de vie auxquelles elle-même et son entourage devront s’adapter pour diminuer les effets néfastes des acouphènes.
Les conseils régionaux pour repérer un groupe d’entraide dans votre région

Quelle est la meilleure solution?

À partir d’un plan de démarches personnalisé préparé en collaboration avec un professionnel concerné (souvent l’audiologiste joue un rôle de premier plan dans ce domaine), l’individu explore différentes approches qui lui permettront, sinon de faire disparaître ses acouphènes, du moins de mieux vivre avec.

Ainsi, au lieu de devenir obsédé par la “pilule miracle”, la personne devient plutôt engagée dans des stratégies personnelles pour faire face au problème chronique.

L’individu est ainsi dynamisé à devenir l’agent de son propre changement.

Recherches et développements futurs

C’est dans toutes les sphères des sciences comportementales et non comportementales qu’il faut investir. C’est par les témoignages, les nombreux essais et l’implication rigoureuse de toutes les personnes concernées qu’il sera possible d’intervenir de façon plus adéquate auprès des personnes avec acouphènes.

“La connaissance des causes et des facteurs prédisposant aux acouphènes, et les résultats de diverses approches devraient déboucher vers la prévention de ces problèmes d’acouphènes et la préservation de la santé physique et mentale.”

Que faire?

Il est important de consulter un professionnel de la santé qui pourra évaluer votre acouphène. Souvent, vous devez commencer par aller consulter un médecin de famille qui vous référera à un oto-rhino-laryngologiste (ORL) afin de s’assurer qu’il n’y a rien de physique. Par la suite, vous devrez rencontrer un audiologiste. N'hésitez pas à lui poser toutes les questions que la lecture de ce site aura suscitées.

Essayez de sensibiliser ces spécialistes à ce que vous vivez afin que plus de gens s'impliquent dans la recherche des causes et des traitements des acouphènes.

Contactez-nous à Acouphènes Québec pour obtenir des renseignements plus précis, pour rencontrer des gens ayant des acouphènes - au Québec, environ 800 000 personnes en souffrent - et participer à des séances d'informations. Des groupes d'entraide sont peut-être déjà organisés dans votre région ou sont sur le point de démarrer. Visitez l’onglet Événements afin de prendre connaissance des prochaines activités.