Gestion et traitement des acouphènes

Avant de commencer…

Plusieurs stratégies et traitements existent et ils peuvent vous permettre de gérer la gêne causée par votre acouphène. Il est vrai que pour la grande majorité des cas, il n’existe pas de pilule miracle. Comme l’asthme ou le diabète, un acouphène est souvent considéré comme une condition dite « chronique », c’est-à-dire qui peut perdurer sur une longue période de temps. Ces « maladies » peuvent créer des symptômes très désagréables quand on les connait mal, mais si l’on sait comment les traiter et comment gérer les situations problématiques, il est possible d’avoir une vie normale et bien remplie!

Dans certains cas, peu nombreux, le traitement de l’acouphène se fera naturellement si la condition qui le cause est traitée.

Par exemple :

  • Extraction d’un bouchon de cire;
  • Traitement d’une infection de l’oreille moyenne (otite);
  • Décongestion et nettoyage de la trompe d’Eustache;
  • Prise d’une médication pour contrôler les problèmes de pression vasculaire, contrôler le diabète ou autres maladies chroniques associées aux acouphènes;
  • Retrait d’un médicament qui a comme effet secondaire les acouphènes;
  • Etc.

Dans le reste des cas, l’acouphène peut être le résultat d’une condition inconnue ou difficilement traitable (comme une perte d’audition). Le processus de traitement de ce type d’acouphène sera plus complexe et devra se faire sur une plus longue période.

Vous devez cependant rester vigilant : plusieurs produits offerts en vente libre promettent de « guérir » les acouphènes. Il n’existe souvent aucune preuve scientifique de l’efficacité de ces produits et vous serez probablement déçu d’avoir dépensé temps et argent sur des traitements qui ne sont pas efficaces. Soyez prudent à l’achat de ces soi-disant remèdes miracles!

Traitement et gestion

On considère que l’acouphène comprend deux dimensions :

La dimension physique : le bruit qui est entendu;

La dimension psychologique : le dérangement causé par ce bruit (stress, détresse, difficulté à dormir, difficulté à se concentrer).

Ces deux dimensions sont extrêmement importantes lorsque l’on souhaite apprendre à gérer son acouphène et il est souvent nécessaire de travailler ces deux aspects pour obtenir des résultats qui durent. Il existe donc des traitements qui agissent davantage sur le dérangement causé par les acouphènes et des traitements qui agissent sur l’acouphène lui-même.

 

Information, groupes d’entraide et démarches personnelles (self-help)

Il est de plus en plus reconnu que le traitement des acouphènes, pour être efficace, nécessite l’implication de la personne qui en souffre. Que ce soit par le fait d’aller chercher de l’information (dans des livres ou sur le net) ou d’aller chercher du support parmi différents groupes ou fondations, comme Acouphène Québec!

Cela peut vous permettre de trouver de l’information de base sur les acouphènes et de mieux comprendre leurs mécanismes. Vous constaterez aussi que vous n’êtes pas seul, que des ressources existent et que vous pouvez prendre le contrôle de la situation. Il s’agit du premier pas à faire dans le but de gérer les effets négatifs de vos acouphènes.

En vous impliquant dans ce processus d’information, vous prenez le contrôle de votre situation et vous pouvez progresser à votre propre rythme.

Un problème de santé comme celui d’avoir des acouphènes requiert souvent d’apporter certains changements à ses habitudes de vie :

  • Réduire le stress avec des techniques de respiration et de relaxation ou en faisant de l’exercice physique;
  • Réduire les réactions négatives face à la présence de l’acouphène en ayant une meilleure idée des raisons pour lesquelles vous en êtes affecté;
  • Changer certaines habitudes de vie afin de diminuer le nombre d’aspects de la vie quotidienne qui sont affectés par l’acouphène;
  • Diminuer l’attention qui est portée à l’acouphène grâce à diverses stratégies (écoute de la musique, utilisation d’appareils pour créer un bruit de fond, etc.).

Participation à des rencontres en groupe

Ce type de rencontre peut être offert par les Centres de Réadaptation en Déficience Physique, par certains Centres Hospitaliers ou par des organismes comme Acouphène Québec. Leur but est de mettre en contact des gens souffrant d’une même condition, afin que ceux-ci aient accès à de l’information utile et pertinente sur les acouphènes et qu’ils puissent échanger entre eux. Généralement, ces rencontres sont animées par un professionnel de l’audition qui peut orienter les discussions et répondre aux questionnements des participants.

Acouphènes et applications mobiles

Une vaste sélection d’applications mobiles sont désormais disponibles, certaines gratuites et d’autres payantes. Certaines de ces applications ont été développées par les compagnies d’appareils auditifs, car les gens qui ont une surdité sont très susceptibles de développer un acouphène. Cependant, nul besoin d’avoir une surdité ou de porter des appareils auditifs pour utiliser ces applications!

Il s’agit d’outils qui vous permettent de développer votre propre thérapie sonore. Vous devrez choisir entre plusieurs sons ou musiques que vous trouverez apaisants ou qui vous permettront de vous distraire du son de votre acouphène. Ces applications peuvent être utilisées lorsque vous en avez besoin : au travail pour vous concentrer, le soir pour vous endormir… Que ce soit pour vous distraire de votre acouphène ou pour en camoufler le son, ces applications sont de bons outils à votre disposition.

 

Thérapie Cognitive Comportementale

Parmi l’ensemble de traitements offerts pour gérer les acouphènes, la Thérapie Cognitive Comportementale (TCC) est la seule à avoir été prouvée scientifiquement comme efficace pour la gestion des acouphènes. Cette approche a comme but de changer la façon de penser du patient envers sa maladie et envers lui-même et elle agit directement sur la détresse causée par l’acouphène. Il s’agit, pour la personne, de ne plus être effrayée et de se sentir moins pénalisée par la présence de l’acouphène, même si elle continue de l’entendre. Cela est réalisable en modifiant les patrons de pensées négatives qui ont été associées à la présence des acouphènes.

Cette thérapie peut être offerte individuellement ou en groupe par un thérapeute. Des ouvrages ou publications qui utilisent cette approche sont également disponibles, et il est possible de combiner lecture et rencontres rencontres hebdomadaires avec le thérapeute. La thérapie peut également être jumelée à d’autres aspects, comme l’enrichissement sonore (présence de bruit de fond), la relaxation et l’hygiène de sommeil.

L’action de cette thérapie ne se produit pas du jour au lendemain. Elle nécessite l’accompagnement d’un professionnel spécialisé dans ce type de thérapie et perdure sur plusieurs semaines.

Il est vrai que consulter un psychologue ou un psychothérapeute n’est pas intuitif comme traitement d’un acouphène : après tout, il s’agit d’un problème auditif et non d’un trouble mental. Vous avez bien raison! Par contre, si l’apparition ou la présence d’un acouphène vous affecte autant, il s’agit d’une réaction émotionnelle : le stress que cela persiste, la peur de perdre son audition ou d’avoir une maladie grave, l’anxiété de perdre le contrôle sur son corps… Ces réactions ont souvent comme effet de nourrir l’acouphène. Il faut donc travailler sur ces réactions négatives pour que l’acouphène devienne un bruit auquel vous ne donnez pas trop d’importance. Ce type de thérapie fonctionne et peut vous aider!

Pour trouver un thérapeute, consultez le site de l’ordre des psychologues : www.ordrepsy.qc.ca avec comme orientation théorique Cognitive / Comportementale.

Des services de psychothérapie sont également offerts dans certains Centres de Réadaptation.


 

Thérapie sonore / générateurs de bruit

Les thérapies sonores reposent sur l’utilisation de sons pour camoufler l’acouphène ou en détourner votre attention. Ce type d’approche peut offrir un soulagement aux personnes incommodées par leur acouphène. Les acouphènes deviennent souvent plus dérangeants dans le silence ou les milieux calmes : ils prennent toute la place. En ajoutant un bruit de fond ou un bruit distrayant, le son de l’acouphène est camouflé, vous pourrez vous sentir plus relaxé et vous y porterez moins attention.

Pour effectuer une thérapie sonore, vous pouvez utiliser des systèmes spécialisés :

  • Générateurs de bruit : certains peuvent se porter directement à l’oreille et ont un format similaire à celui des appareils auditifs;
  • Modèles de générateurs de sons ou bruits sur table;
  • Applications mobiles spécialisées.

Ces systèmes offrent souvent une gamme de sons considérés comme efficaces pour masquer les acouphènes.

Vous pouvez aussi opter pour des solutions plus « maison » :

  • Poste de télé ou de radio ouvert en permanence;
  • Ventilateur ou climatiseur;
  • Musique;
  • Fenêtre ouverte sur le bruit extérieur;
  • Fontaine, aquarium ou autre dispositif produisant un bruit constant.

Le masquage

Utilisé comme bruit de fond, la thérapie sonore agit en diminuant le contraste entre le son de votre acouphène et votre environnement auditif. Vous pouvez comparer l’acouphène à une chandelle : la chandelle est beaucoup plus visible dans une pièce où la lumière est éteinte que dans une pièce très lumineuse. Les sons que vous utiliserez pourront entre autres servir à masquer le bruit de vos acouphènes.

Le masquage total peut sembler une meilleure option, car il est fort probable que vous ne vouliez plus entendre votre acouphène. Cependant, cela occasionne deux problèmes :

  1. Il se peut que le bruit du masque interfère avec vos activités quotidiennes et qu’il couvre d’autres sons importants, comme la voix.
  2. À long terme, le but d’une thérapie sonore ne devrait pas être de ne plus entendre du tout l’acouphène, car c’est presque impossible à réaliser au moment de retirer le générateur de bruit. Le but est donc de réduire l’attention qui est portée à l’acouphène en l’entendant toujours, mais à plus petite dose. Cela est réalisable à l’aide du masquage partiel.

Aides auditives

Il est extrêmement fréquent qu’un acouphène soit en présence d’une perte auditive. Souvent, les personnes qui ont un acouphène pensent que c’est l’acouphène qui les empêche de bien entendre, alors qu’en fait c’est la perte d’audition qui en est responsable. Plusieurs croient aussi que c’est l’acouphène qui cause la perte d’audition, alors que c’est plutôt l’inverse : une perte auditive, même minime, peut enclencher des mécanismes qui mènent à l’apparition d’un acouphène. Il est donc possible qu’une personne ait un début de surdité pendant plusieurs années sans le savoir, et que ceci déclenche un acouphène, ce qui décide cette personne à finalement consulter pour son audition.

Le port d’appareil auditif est généralement prescrit pour les personnes ayant une surdité, car cela leur permet de mieux entendre les sons de leur environnement, ce qui aide à couvrir le son de l’acouphène. Encore une fois, il s’agit de venir masquer le son de l’acouphène avec les bruits de l’environnement, qui n’étaient plus entendus par la personne, mais qui sont amplifiés par les appareils auditifs.

Certains appareils auditifs possèdent également les fonctions de générateurs de son. Les appareils sont programmés en fonction de la perte auditive de la personne pour qu’elle puisse les porter tout au long de la journée avec la possibilité d’activer la fonction « générateur de bruit » au besoin ou lorsque ses acouphènes sont plus dérangeants.

De plus, l’utilisation d’appareils auditifs peut aider à mieux entendre les voix des gens autour, ce qui permet de mieux suivre les conversations et de réduire le stress de mal comprendre la discussion.


***

Soyez prudent avec l’utilisation de systèmes utilisant le bruit pour masquer votre acouphène: l’utilisation de son/bruit/musique à des intensités même modérées pourrait être néfaste pour votre audition, lorsque prolongée sur plusieurs heures par jour. En

utilisant un niveau sonore trop élevé, vous pourriez créer l’effet inverse de celui désiré: aggraver vos acouphènes ou créer d’autres dommages à votre audition.

Afin de déterminer un niveau de bruit optimal pour vous, n’hésitez pas à consulter un professionnel de l’audition dans le but de créer un programme de thérapie sonore qui vous convient.

***


 

Thérapies d’habituation à l’acouphène (Retraining Therapy)

Ce type de thérapie combine à la fois une approche de type counseling (orienter, aider, informer et soutenir le patient) faite par un professionnel de l’audition et l’intégration d’une thérapie sonore dans le quotidien d’une personne. Le but de cette approche est de créer une habituation au son de l’acouphène, tant au niveau psychologique qu’au niveau sonore, afin que l’acouphène devienne un son neutre pour la personne qui l’entend.

D’un côté, le professionnel de l’audition fera une revue des connaissances sur les acouphènes, aidera à identifier les pensées négatives ou déformées que la personne entretient face à son acouphène et conseillera cette personne sur les étapes à suivre dans le protocole d’habituation. De son côté, la personne traitée devra introduire dans sa vie un système d’enrichissement sonore, qui peut être sous forme de générateur de bruit, d’applications mobiles ou de système d’écoute personnel ou spécialisé.

La plus connue de ce type de thérapie est sans aucun doute le Tinnitus Retraining Therapy élaborée par P.J. Jastreboff. D’autres variantes existent et on été élaborées à partir des mêmes principes.

Ces variantes de la thérapie d’habituation aux acouphènes sont offertes par des compagnies comme Widex, Neuromonics, Soundcure, Sound Option ou Levo System. Il s’agit de systèmes qui diffèrent surtout au niveau des sons qui sont utilisés pour effectuer la thérapie sonore. L’achat de tels systèmes représente un investissement substantiel. Informez-vous si une période d’essai est possible avant de vous procurer de tels systèmes afin de tester s’ils vous conviennent.

Procédures électromagnétiques

 

Stimulation magnétique transcrânienne

Présentement l’une des thérapies émergentes pour les acouphènes, elle repose sur la théorie selon laquelle les acouphènes seraient issus d’une activité électrique anormale dans les aires auditives du cerveau. En induisant un champ magnétique autour de ces aires spécifiques du cerveau, il serait possible de modifier ou d’éliminer cette activité électrique anormale.

Pour le moment, des études montreraient des effets à court terme, mais il manque encore des preuves pour conclure que ce traitement serait efficace à long terme. Des études plus approfondies seront nécessaires pour confirmer s’il s’agit d’un traitement fiable et efficace à long terme.

Autres procédures

D’autres traitements comme la stimulation électrique transcutanée de l’oreille, de la colonne vertébrale, du nerf vague et autres sont encore considérés comme expérimentaux et leur efficacité n’a pas été prouvée scientifiquement.

 

Autres traitements

La chirurgie est souvent envisagée comme traitement pour les personnes atteintes de la maladie de Ménière, d’otosclérose ou de schwanomme vestibulaire.

Dans les cas des acouphènes qui ne sont pas issus de ces maladies, cette avenue est rarement utilisée. Dans certains cas, une chirurgie comme une neurectomie (le fait de sectionner partiellement ou complètement le nerf auditif) pourrait apporter davantage d’effets négatifs et même aggraver l’acouphène.

La décision de se tourner vers l’implant cochléaire se fait au terme d’un long processus (du moins chez les adultes). Pour être considérée comme candidate à cette chirurgie, la personne doit avoir une surdité assez sévère et ne plus tirer de bénéfices de ses aides auditives. Pour le moment au Québec, ce traitement n’est pas envisagé simplement pour traiter les acouphènes. Par contre, pour les receveurs d’implant cochléaire qui sont aux prises avec un acouphène dérangeant, il a été noté que dans plusieurs cas, l’implant cochléaire semble avoir des effets bénéfiques sur les acouphènes et grandement améliorer la qualité de vie des receveurs.
Aucun médicament ni supplément alimentaire n’est reconnu comme étant efficace pour le traitement spécifique des acouphènes.

Bien entendu, une médication pour le traitement de maladies ou troubles associés à la présence d’acouphène, comme la dépression, les problèmes de pression vasculaire, les migraines, etc. peut avoir comme effet indirect de diminuer l’intensité ou la gêne occasionnée par l’acouphène.

Ginko Biloba : il a longtemps été considéré comme un aliment naturel efficace pour le traitement des acouphènes. Cependant, des études rétrospectives ont montré que ce supplément n’avait pas plus d’effet qu’un placebo, et qu’il pouvait même avoir des effets secondaires indésirables, comme des faiblesses, des maux d’estomac ou des réactions allergiques.

Aucun régime spécifique n’a été identifié pour réduire les acouphènes. Il se peut que vous ayez remarqué que certains aliments augmentent l’intensité à laquelle vous percevez votre acouphène. Si c’est le cas, vous pouvez décider de retirer progressivement ces aliments de votre alimentation et conserver cette diète si elle se révèle efficace.
Ce type d’intervention, administré par un professionnel de la santé reconnu par la Société Québécoise d’Hypnose ou par autoadministration (autohypnose), pourrait être efficace pour améliorer les symptômes de l’acouphène, probablement de par sa contribution à une relaxation plus efficace. Présentement, il ne s’agit pas d’un traitement reconnu pour les acouphènes.
Les troubles de l’insomnie et les acouphènes forment ensemble un cercle vicieux. Une hyper vigilance (le fait de se concentrer activement sur votre acouphène) peut retarder votre endormissement, et les symptômes de la fatigue sont similaires à ceux causés par l’acouphène : difficulté à se concentrer, fatigue, sentiment de dépression et d’irritabilité. Il se peut donc que vous passiez une mauvaise journée causée par votre manque de sommeil et qu’en plus, vous craigniez le moment d’aller vous coucher en sachant que vous entendrez votre acouphène et qu’il vous empêchera probablement de vous endormir, que vous passerez une autre mauvaise nuit, etc.

Il faut briser ce cycle en ayant une bonne hygiène du sommeil. De l’aide existe, consultez la fondation du sommeil pour plus d’information! fondationsommeil.com

Il n’existe aucune preuve scientifique qui démontre que ce type d’intervention est efficace pour réduire les acouphènes.

 
 

Autres professionnels de la santé

D’autres professionnels de la santé pourraient également être considérés dans le traitement des acouphènes :

Si votre acouphène est survenu à la suite d ‘une blessure à la tête, au cou ou à la colonne vertébrale, ou si vous notez que certains mouvements ou positions font en sorte qu’il vous est possible de modifier le son ou l’intensité à laquelle vous percevez votre acouphène, il est possible que vous gagneriez à consulter ce type de professionnel. En effet, des tensions musculaires ou des blessures à la tête ou au cou peuvent causer des acouphènes.
Des problèmes au joint temporo-mandibulaire (joint qui unit les mâchoires supérieure et inférieure) sont souvent associés avec l’apparition d’acouphènes. Si vous avez des problèmes ou des douleurs à la mâchoire, il pourrait être bénéfique d’impliquer ce type de spécialiste dans vos démarches de gestion de votre acouphène.