Quelles sont les causes possibles?

D’abord, il est important de savoir qu’un acouphène n’est pas une maladie, mais bien un symptôme. Il s’agit de la manifestation auditive d’une défaillance qui peut se trouver au système auditif ou d’une autre problématique de santé.

« Imaginez une quinte de toux. Le fait de tousser n’est pas une maladie en soi : il s’agit d’un symptôme. Un symptôme de quoi? Peut-être avez-vous la grippe. Peut-être êtes-vous seulement enroué. Peut-être était-ce un aliment que vous avez mangé et que vous n’avez pas aimé ou que vous avez avalé de travers. Dans tous les cas, le résultat a été le même : vous avez toussé. »

Il en est de même pour les acouphènes : plusieurs facteurs peuvent être associés à l’apparition de ce bruit fantôme. Il peut parfois être difficile d’identifier un seul facteur, car les possibilités sont nombreuses.

Facteurs qui pourraient être associés à l’apparition d’un acouphène: à la découverte du système auditif.

Le système auditif est une structure complexe et fascinante! Entre le moment où la vibration sonore atteint votre oreille et celui où cette information sonore est traitée par votre cerveau, beaucoup de connexions doivent se faire à travers un montage de plusieurs structures.

Un acouphène, c’est un peu comme un mauvais contact sur la ligne : pour trouver la source du problème, on doit en vérifier les différentes parties afin de vérifier si elles accomplissent correctement leurs fonctions.

shema_oreille_titre
shema_oreille_diapositive1
shema_oreille_diapositive2
shema_oreille_diapositive3


Causes ou facteurs en lien avec les acouphènes et le système auditif

Oreille externe : Constituée de la partie visible de l’oreille, le pavillon, et du conduit auditif externe. Se termine au tympan.

  • Le son se propage sous la forme de vibrations de l’air. Il est capté par le pavillon et entre dans le conduit auditif externe.
  • Le son résonne dans le conduit auditif externe et il est transformé en vibrations physiques lorsqu’il entre en contact et fait bouger le tympan.

Origines possibles d’un acouphène

  • Ces affections pourraient causer l’apparition d’un acouphène en appuyant sur le tympan ou en diminuant le niveau du son envoyé aux autres structures de l’audition.
  • Cela peut se produire suite à une infection ou à un traumatisme, comme un coup à la tête ou un changement rapide de pression. Cela pourrait également causer l’apparition d’un acouphène.

Oreille moyenne : Comprend le tympan, la chaine des osselets (marteau, enclume et étrier) et la trompe d’Eustache.

  • Transformé en vibration par le tympan, le son se transmet ensuite aux osselets situés dans l’oreille moyenne. Ces osselets sont les trois plus petits os du corps humain et ils forment une chaine qui est suspendue dans l’oreille moyenne et qui relie le tympan à l’oreille interne (la cochlée).
  • Ce types d’infections, dont font partie les otites et les sinusites, peuvent causer une accumulation de liquide derrière le tympan, dans l’espace où se trouvent les osselets. La présence de ce liquide dans l’oreille peut causer l’impression d’entendre de manière assourdie.
  • Il s’agit d’une des causes les plus connues de perte auditive chez les jeunes adultes et serait d’origine génétique. Les osselets s’ossifient, épaississent et deviennent plus rigides, ce qui diminue la transmission du son de manière mécanique.
  • La trompe d’Eustache est un conduit qui relie l’arrière du nez à la cavité de l’oreille moyenne; elle est responsable de ventiler et de pressuriser l’espace derrière le tympan. Ce conduit pourrait se bloquer en position fermée et créer un problème de pression ou une accumulation de liquide derrière le tympan en raison d’une mauvaise aération, à la suite d’une maladie, d’une infection ou d’un problème d’ordre musculaire.

    Lorsque la trompe d’Eustache est anormalement ouverte, on parle de béance tubaire. Cette condition peut causer la sensation d’entendre en écho sa propre voix, ses battements de cœur et sa respiration.

    Ces deux conditions peuvent être liées à la présence d’un acouphène.

  • L’oreille moyenne ne contient pas que des osselets, elle contient aussi des muscles comme le muscle tenseur du tympan. Ce muscle est responsable de la protection de l’oreille lorsqu’elle est en présence de sons forts : sa contraction diminue la mobilité de la chaine ossiculaire et permet de diminuer l’intensité du son transmis vers l’oreille interne.

    Il se pourrait que des contractions involontaires de ce muscle soient audibles, sous forme de cliquetis, craquements, battements ou autres bruits pulsatiles sans lien avec les battements cardiaques. Cet acouphène objectif peut également être accompagné d’une sensation de plénitude, de l’impression d’entendre de manière étouffée et de douleur ou d’engourdissements au niveau des oreilles.

    Ce syndrome pourrait apparaitre à la suite d’un traumatisme acoustique.

Oreille interne : elle contient la cochlée (qui est le centre de l’audition) et le vestibule (qui est le centre de l’équilibre)

  • Le dernier des osselets, l’étrier, fait une pression sur la fenêtre ovale, qui constitue la porte d’entrée du son dans la cochlée.
  • La cochlée ressemble à un colimaçon rempli de liquide. À l’intérieur, on retrouve les cellules ciliées qui ressemblent à des petits poils et qui se plient sous le passage de la vague de son.
  • La membrane de la cochlée vibre selon les fréquences du son (du plus aigu vers le plus grave). Cette information est ensuite codée par les cellules ciliées qui la transforment en influx électrique, qui est envoyé dans le nerf auditif en direction du cerveau.
  • Une détérioration des cellules ciliées se produit naturellement en vieillissant, c’est l’usure normale. Cependant, des dommages prématurés peuvent se produire aux cellules ciliées lorsqu’une personne est souvent exposée à des sons forts, sur une longue période de temps.

    À force d’être sans cesse en mouvement en raison du son, les cellules ciliées finissent par se briser et il n’y a pas de réparation possible. Le son n’est donc plus transmis par ces cellules, ce qui crée une surdité.

  • Un choc acoustique se produit à la suite d’une détonation où lorsqu’un son extrêmement fort se produit à proximité de l’oreille; cela peut-être un coup de fusil, une explosion, un coup de sifflet, un haut-parleur trop fort… Ce type de son provoque un véritable tsunami dans vos oreilles : la vague de son est trop grande et vient directement endommager et briser les cellules ciliées. Cela peut causer un acouphène instantanément, ainsi qu’une perte auditive.
  • On explique cette maladie par une trop grande pression exercée par le liquide naturellement présent dans l’oreille interne. L’accumulation de ce liquide vient faire pression sur l’organe de l’audition et cela peut causer des acouphènes (souvent décrits comme des sons graves), mais également des vertiges et des pertes auditives. Ces symptômes apparaissent généralement par vague ou par épisode. Consultez un médecin si vous êtes affecté par ces trois symptômes : acouphène, perte auditive et vertiges.

Voies auditives et système nerveux auditif central

  • Le nerf auditif est l’autoroute d’informations provenant du système auditif périphérique (les oreilles externe, moyenne et interne) vers le système nerveux central (le cerveau). L’information auditive est captée par les terminaisons nerveuses du nerf auditif qui se trouvent dans la cochlée et elle est envoyée vers d’autres structures du système central qui seront responsables de la trier, de la traiter et éventuellement de comprendre ce qui est entendu.
  • Phénomène nouvellement connu, la perte auditive cachée permet d’expliquer pourquoi certaines personnes développeraient un acouphène tout en conservant une audition normale. Des chercheurs ont constaté que, suite à des expositions prolongées à des sons forts, ce n’était pas seulement les cellules ciliées qui subissaient des dommages : les terminaisons nerveuses du nerf auditif étaient également affectées et même détruites. Ces dommages seraient permanents et causés par des niveaux de bruit sous les 100 dB.

    Cela signifie que l’oreille entend à des niveaux normaux, car les cellules ciliées sont intactes, mais que le message qui se rend au cerveau est de moins bonne qualité, le lien entre les deux étant abimé.

  • Les neurones du nerf auditif sont de longs filaments qui servent à transmettre l’information auditive du point A au point B. Pour accélérer la vitesse à laquelle ils transfèrent l’information, ils sont entourés d’une gaine isolante appelée cellules de Schwann. Lorsque ces cellules isolantes prolifèrent en trop grand nombre, cela peut créer une tumeur bénigne que l’on appelle schwannome vestibulaire (car elle se retrouve souvent sur la partie du nerf auditif qui provient du vestibule).

    Les principaux symptômes sont généralement une perte auditive et l’apparition d’un acouphène, tous deux unilatéraux (dans une seule oreille). Il peut également y avoir des maux de tête, des vertiges et des fourmillements ou une paralysie au niveau du visage.

    Il s’agit généralement de la première cause que cherche à écarter le professionnel de l’audition lors d’une consultation en acouphène. La prévalence étant de 1 / 100 000 / an, il s’agit d’une condition relativement rare.

  • La sclérose en plaques est une condition qui affecte le système nerveux central et qui entraine une dégradation de la gaine protectrice (myéline) des fibres nerveuses. Il est possible que les fibres affectées se trouvent au niveau du système auditif, pouvant causer des problèmes auditifs, dont des acouphènes.



Autres facteurs :

Il se peut que l’origine ou l’un des facteurs aggravants de l’acouphène ne soient pas directement en rapport avec le système auditif. En effet, certaines habitudes de vie ou conditions de santé peuvent venir affecter la façon dont vous entendez.

  • Les acouphènes et l’hyperacousie sont des symptômes assez courants à la suite d’un choc à la tête. Dans plusieurs cas, il est possible que leur apparition se fasse à retardement, soit plusieurs jours ou semaines suivant le traumatisme.

    Les facteurs peuvent être nombreux : il peut y avoir des origines physiques (dommages au tympan, aux osselets et à la cochlée), physiologiques (dommages au système vasculaire) et même psychologiques (syndrome de stress post-traumatique). Des problèmes musculaires ou articulatoires à la tête et au cou peuvent également être des facteurs favorisant l’apparition d’un acouphène.

    Généralement, pour les personnes souffrant d’un acouphène à la suite d’un traumatisme crânien, il s’agit d’un symptôme parmi plusieurs autres (intolérance aux sons forts, douleurs, problèmes d’équilibre, problèmes cognitifs ou d’attention, etc.). Il est donc important d’en discuter avec un professionnel de la santé.

  • Avez-vous déjà remarqué que lorsque vous bougez la tête dans une certaine direction, lorsque vous ouvrez la bouche ou lorsque vous étirez votre cou, vous pouvez modifier le son de votre acouphène? Si oui, il est possible que vous souffriez du type d’acouphène qu’on appelle « somatique ».

    L’origine de ce type d’acouphène demeure énigmatique dans plusieurs cas, mais il serait le résultat d’un contact entre les fibres auditives et les fibres sensorielles du système nerveux qui se rendent toutes au cerveau. En d’autres mots, l’information qui provient d’un sens (le toucher/ les mouvements) vient modifier l’information qui vient d’un autre sens (l’audition) lorsque les nerfs qui transportent cette information sont à proximité. Par conséquent, des mouvements ou des sensations peuvent modifier le son et la perception du son.

    Généralement, ce type d’acouphène est associé à des problèmes de tête et de cou. Dans certains cas, des interventions à l’aide d’exercices et de mouvements dispensés par des professionnels de la santé comme des physiothérapeutes pourraient être bénéfiques.

  • Différentes conditions médicales peuvent être associées à la présence d’un acouphène.

    • Allergies
    • Anémie
    • Arthrite
    • Carences en zinc ou en vitamine B-12
    • Diabète
    • Hyperlipidémie
    • Hypo / Hyperthyroïdie
    • Maladie auto-immune de l’oreille interne

  • La présence d’un acouphène pourrait être un indicateur de problèmes vasculaires tels que :

    • Hypertension artérielle
    • Artériosclérose
    • Troubles ou altération de la circulation sanguine
    • Rétrécissement des artères du cou
    • Anévrisme

    Beaucoup d’acouphènes provoqués par des problèmes vasculaires sont de type pulsatif et en lien avec le rythme cardiaque. Faites le test vous-même: prenez votre pouls et déterminez si le rythme de votre acouphène correspond ou non aux battements de votre coeur.

    Beaucoup de vaisseaux sanguins (veines et artères) irriguent votre système auditif et ces vaisseaux passent très près des structures qui vous permettent d’entendre. Dans certains cas, lorsque le flux sanguin est altéré par une pathologie, il est possible d’entendre les déplacements du sang.

    Il est également possible que lorsque des structures de l’audition reçoivent un moins bon apport sanguin, leur fonctionnement soit détérioré, ce qui occasionnerait des problèmes auditifs comme des acouphènes.

  • Il faut être vigilant lors de la prise de certains médicaments, car les acouphènes ou l’ototoxicité (substances toxiques pour les structures de l’oreille) pourraient être listés parmi les effets secondaires indésirables. Voici une courte liste des substances les plus connues associées à la présence d’un acouphène.

    • Anti-inflammatoires : Salicylates (par exemple : Aspirine)
    • Analgésiques (par exemple : Ibuprofène, Naproxen)
    • Agents utilisés pour la chimiothérapie (par exemple : Cisplatin)
    • Diurétique (Furosémide Lasilix)
    • Quinine
    • Antibiotiques aminoglycosides (par exemple : Gentamicine)

    Cette liste est très générale et les noms de médicaments nommés entre parenthèses sont quelques-uns des plus connus.

    De plus, il est important de savoir que ce ne sont pas tous les consommateurs de ces médicaments qui développeront les effets secondaires indésirables comme des acouphènes. Si vous avez un acouphène dont l’apparition coïncide avec la prise d’un nouveau médicament ou pour obtenir plus d’information, consultez votre médecin ou votre pharmacien.

  • Dans les recommandations concernant les acouphènes, il est souvent question de limiter sa consommation de certains aliments, comme la caféine et l’alcool. En vérité, il n’existe aucune preuve scientifique qui prouve que ces aliments ont un lien direct avec l’apparition ou l’intensité à laquelle un acouphène est ressenti. Il faut faire attention cependant, car ces substances pourraient être un intermédiaire : boire une trop grande quantité de caféine peut entrainer une augmentation du niveau de stress et le stress LUI a été relié avec le dérangement associé à la présence de l’acouphène; boire une grande quantité d’alcool pourrait vous mener à davantage vous exposer à des situations risquées auditivement, comme la fréquentation de boites de nuit ou des raves, ce qui aurait comme résultat l’apparition d’acouphènes liés au bruit.

    Il a même été démontré qu’un trop grand changement dans vos habitudes de vie (exemple : retirer la caféine de votre alimentation d’un coup) aurait plutôt des effets néfastes sur le corps et donc sur le dérangement causé par l’acouphène.

    Que faire? Consommez ce type d’aliments avec modération. Voyez si, suivant la consommation de certains aliments, votre acouphène semble augmenter et supprimez progressivement ces aliments si vous voyez des améliorations.

    Il existe un lien entre le tabac et les pertes auditives. Par contre, la relation entre la consommation de tabac et les acouphènes est encore mal connue, mais on estime que les fumeurs auraient un plus grand risque de développer un acouphène.